Armes

1. Qu’est-ce qui nuit aux cuirs anciens?

La sécheresse: Les cuirs anciens perdent l’eau liée dans les fibres à cause de la sécheresse.

Ils deviennent alors cassants, gercés et se ratatinent. On ne peut dès lors pratiquement plus remédier à ces dégâts, sinon partiellement et moyennant d’efforts considérables.

Ne jamais entreposer les cuirs anciens dans un endroit avec moins de 35% d’humidité!

La moisissure: Un degré d’humidité trop élevé, c’est-à-dire de plus de 70% provoque de la moisissure qui détériore le cuir, étant donné que celle-ci se nourrit des protéines et de l’acide gras qui résulte de l’oxydation des matières grasses non stabilisées (graisse végétale ou animale qui est contenue dans la plupart des produits d’entretien). A part cela, l’hydrolyse provoque le rétrécissement et la destruction définitive du cuir.

Une humidité entre 45 et 65% ne nuit pas aux cuirs anciens Ceux-ci sont à entreposer dans un endroit bien aéré, ne jamais les entreposer dans des sacs ou des récipients fermés!

 

La lumière et les températures élevées: Si les objets en cuir sont exposés à des effets de lumière et de températures extrêmes, le processus de destruction est accéléré.

Les cuirs anciens sont à entreposer dans une ambiance de 18°C  à 20 °C!

L’usure mécanique: Les vieux cuirs sont comme les vieilles personnes, les plier peut faire du mal.

Eviter les usures extrêmes

 

La saleté et le manque d’entretien: Les salissures sont des foyers d’oxydation qui nuisent aux cuirs et le manque d’entretien accélère le processus de dégradation.

A nettoyer seulement s’il y a vraiment une salissure. Un entretien régulier mais mesuré prolonge la duré de vie de vieux cuirs!

 

2. Comment entretenir ?

Remarque liminaire: Avant tout application de produits, faire toujours, pour autant que possible, des essais sur une partie peu visible de la surface à traiter. De très vieux cuirs ne sont pas toujours tannés conformément aux règles de l’art, de sorte qu’on ne peut pas exclure à 100% des altérations indésirables

Le nettoyage: L’ancienne graisse et les saletés grasses sont à essuyer légèrement, mais à plusieurs reprises, au moyen d’essence purifiée. Ne pas employer de nettoyant aqueux.

 

La neutralisation et la stabilisation: Si le cuir a été décoloré ou asséché, par la sueur des mains ou des produits d’entretien inadéquats par exemple, il faut d’abord le neutraliser, avec beaucoup de précautions, avec un mélange d’une part d’essence de vinaigre et de deux parts d’eau. Ne pas tremper, mais essuyer légèrement avec un chiffon humide, et répéter l’opération.  Si le cuir présente déjà des moisissures importantes, on peut employer un mélange d’une part d’essence de vinaigre et d’une part d’eau. Mais attention: si le cuir est devenu poudreux, spongieux ou rougeâtre, il est fort probable qu’il existe un dégât irréparable. Ces dégâts peuvent être provoqués, surtout, jusqu’au milieu du 19e siècle, par l’application d’acide sulfurique et de produits de tannage non stabilisés lors de la fabrication du cuir.Pendant cette période on employait, à coté des produits de tannage usuels également des produits bon marché importés des colonies  L’emploi des teintures naturelles fut remplacé par de nouveau produits synthétiques. Pour ces  teintures on devait employer des acides pour la fixation, comme par exemple l’acide sulfurique, ce qui, à la longue, avait des effets négatifs sur la stabilité des produits de tannage bon marché.

 

La conservation

Après les différentes interventions énumérées précédemment, le cuir sera traité, sur sa surface extérieure, c’est-à-dire le côté cicatrisé, avec une graisse synthétique non acide (comme p.ex. la graisse pour cuir Elephant), ou avec de la vaseline non acide. A appliquer en couche mince, laisser pénétrer et polir avec un chiffon en laine. Le côté intérieur du cuir sera traité avec un produit huileux soluble à l’eau, produit dit huile de tanneur. Cette huile (à raison de 20%) sera mélangée avec de l’eau (80%) et vaporisé au moyen d’un pulvérisateur. Ce procédé a l’avantage que les fibres du cuir asséchées et encollées absorbent de nouveau de l’humidité et que les particules de graisse diluées dans l’eau se déposent dans les fibres du cuir. En cas de cuir extrêmement durci, ce procédé est à répéter à plusieurs reprises, car la solution d’eau grasse doit impérativement pénétrer dans le cuir. L’effet sera plus efficace encore si on procède à un léger massage du cuir, et la pénétration sera également plus efficace si l’on rend la surface intérieure plus rugueuse avec une brosse métallique ou du papier émeri.

Attention!  Ne jamais sceller la face intérieure d’un cuir durci avec de la graisse, celle-ci n’ayant aucun effet de pénétration. L’emploi de matières grasses végétales ou animales dans les produits d’entretien, mis sur le marché par les fabricants de chaussures et d’articles pour le sport équestre convient pour les produits en cuir neuf, il provoque  par contre des dégâts dans le traitement des cuirs anciens.

 

L’amélioration de la surface extérieure

Les petites fissures ou  égratignures peuvent être obturées, après dégraissage, avec une colle spéciale pour cuirs (vendue dans les magasins spécialisés dans la chaussure ou par le cordonnier)

Attention!  En aucun cas il ne faudra prendre une colle rapide ou colle minute car celles-ci risquent de détruire le cuir. Les adaptations de couleurs, travaux d’enduisage et l’embellissement des surfaces à la cire ne devraient pas être exécutés par un amateur. Pour l’exécution de ces travaux, mieux vaut avoir recours à un spécialiste expérimenté qui dispose des connaissances nécessaires et des produits accessoires appropriés.

 

Le Contrôle

Si le cuir a été correctement traité et se trouve dans un bon état, il n’a besoin que d’un seul contrôle superficiel par an. Un léger essuyage avec le mélange vinaigre/eau, suivi, de temps en temps d’un léger passage avec la graisse Eléphant ne peut être que favorable. Si par contre des traces de moisissures apparaissent, cette procédure est à intensifier.

Utiliser le Rückfetter 250 ml (Licker Oil/L’huile de graisse) Art.No. 224081

 

Un mélange de 80% de l’eau chaude (ca. 20°C, pas trop chaude) et 20% d’huile. Traiter deux a trois fois, mais pas trop de liquide et laisser un jour entre les traitements.

 

Le « Rückfetter » est plus doux que le « Softener » pour  les vieux cuir.